#14

CE QU'IL RESTE DE NOUS / ELECTRE 1/2 

écriture collective de la Compagnie tdp d’après Electre de Euripide,

 

mise en scène de Amandine Gilbert

directeur artistique de la Compagnie tdp: Fábio Godinho

scénographie: Dan Jakob

création musicale: Thomas Humbert

costumes: Baptiste Conte

assistanat mise en scène: Barbara Tourtier-Bellosta

création lumière: Marinette Buchy

teaser : Guillaume Lebourg

Chargée de diffusion: Clara Normand

présentation /

Depuis l’époque grecque, jusqu’à aujourd’hui, Electre a fait l’objet de nombreuses réécritures, celle-ci pose la question : que symbolise le matricide, au-delà d’une tragédie familiale ? A travers cette histoire familiale, cette tragédie d’une vengeance filiale, interroge des rapports de force générationnels. Les protagonistes incarnent chacun à leur manière un front générationnel face à l’autorité en place. A travers eux se dévoile une jeunesse

ingouvernée, tiraillée entre le désir de correspondre à un modèle social et la difficulté de respecter une autorité référente. Comment qualifie-t-on l’acte d’une jeune femme asservie qui ose se révolter jusqu’au meurtre contre le pouvoir ? Nous grandissons et devenons des adultes dans une société où le futur est incertain. Nous n’imaginons pas de progression sociale ni de réussite économique, pire il devient difficile d’imaginer un modèle alternatif. Nous grandissons avec cette idée bien étrange que la fin est proche. La fin d’un système économique et politique qui ne nous parle plus. L’acte d’Electre apparaît comme la trajectoire d’une révolte plus que comme celle d’un meurtre familial. Une révolte contre une autorité qui sclérose la jeunesse, l’empêche de s’exprimer. A travers l’histoire d’Electre, il y a l’espoir d’une transgression où la parole serait enfin donnée à la jeunesse.

bande annonce /

lien bande annonce

photos /

Théâtre Municipal Berthelot - Jean Guerrin - janvier 2018/ Baptiste Conte

représentations / 

Représentations au Théâtre Berthelot à Montreuil du 30 Janvier au 1er février 2018.

Théâtre Municipal Berthelot - Jean Guerrin / janvier 2018