#1

LE PRIVILEGE DES CHEMINS / FERNANDO PESSOA

mise en scène et composition musicale / Fábio Godinho

texte / Fernando Pessoa

traduction et montage / Teresa Rita Lopes

avec / Luca Besse, Fábio Godinho, Julien Rochette, Solène Rossignol, Delphine Sabat 

scénographie et costumes / Fábio Godinho 

lumière / Jérémy Thanel

Voix off / Christian Waldmann, Lyse Seguin, Mathilde Bourbin

production /

compagnie tdp / Instituto Camões – Paris / Théâtre de l'observance - Avignon / Théâtre L'atelier 44 - Avignon / 

présentation /

Il s’agit d’un voyage, d’une expédition vers le côté inconnu de nous-mêmes. Souvent le rêve devient plus réel que la réalité. Tandis qu’une Femme et un Homme dialoguent au milieu de nulle part et tentent de comprendre leurs sensations et le Réel, un Prince se meurt et invite à ne pas oublier de rêver. Dans cet univers étrangement blanc, l’énigmatique Salomé danse frénétiquement autour de la tête d’un prophète. Tout à coup, sous les mots et les doigts de Pessoa, le monde bascule… Quiconque s’y aventure devient un archéologue des sensations. La mise en scène est empreinte d’une poésie de la simplicité et les êtres qui la traversent arpentent des chemins faits de draps blancs dont les contours dessinent les frontières entre le rêve et la réalité.Le Privilège des chemins est un texte où l’exploration des sens est poussée à l’extrême. Tous les personnages sont emportés dans cette ivresse de l’extase. Les sensations se bousculent, s’entrechoquent. Et c’est par les sensations que l’on peut atteindre la connaissance et la vérité des choses, du monde. Sentir, c’est apprendre à rêver, rêver c’est apprendre à s’exprimer. Le rêve s’envole dans l’espace à bord des mots (et des contes). Tout lecteur assidu, amoureux de Fernando Pessoa, devient un archéologue des sensations. Une fois plongé dans ce texte, on ne peut en ressortir, c’est un puits sans fond où l’on ne cessera de rechercher ses sens. Le montage réalisé par Teresa Rita Lopes fait écho à l’écriture circulaire du poète. En effet, le motif du cercle est récurrent, notamment par la présence du puits.

captation et bande annonce /

Centre culturel de Dourdan, 2010

lien bande annonce

photos /

Théâtre L'atelier 44 - Avignon / juillet 2009 / crédits photos compagnie tdp